442 avril 2013
» Édito | Images |
Fluide Glacial  NUMRO 442
Couv. : Charles Berberian | 68 pages | 3,90€
avril 2013
  Charles Berberian
Les riches
PAFDAN-LAGL®...
Un numéro précieux à l'adresse de nos amis les riches et leurs amis TRÈS riches...


Fluide Glacial Mensuel N°443
Fluide Glacial Mensuel N°441

l'Édito
Les éléphants perdent leur triple A
par Lefred-Thouron
Faut-il y voir un effet de vases communicants ?
Alors que l'éléphant disparaît progressivement de la surface du globe, le riche prolifère. Pourtant ce sont les pauvres qui exterminent les pachydermes pour vivre de trafic en espérant fortune. Que dire alors du panda ? Et du céros, et du roi de la jongle, Sa Majesté le lion, eux aussi en voie d'extinction ? Oui chers mes amis, chez nos animaux les bêtes les cent familles ont chaud au cul.
Donc, le riche prospère. Non pas le blasé des encyclopédies en papier, celui de l'ère industrielle, avec sa redingote, son chapeau et son havane, qui règne sur Donaldville. Le riche actuel peut arborer un jean troué du genou et un piercing au tarbouif. Rien ne le distingue de la gouape jusqu'à ce qu'il enfourne le contenu de son caddie® dans la malle arrière du Hummer® sur le parking (pas®) du centre commercial. On en voit même courir les soldes. Celui-là est un nouveau riche, pareillement attaché à la déglingue qu'aux signes extérieurs. Dans certaines régions, on l'appelle aussi nouveau russe. Mais ce type de riche est accidentel et souvent éphémère, dont la femelle est dite riche très-très-éphémère. Encore ne parlons-nous pas du gagnant au tacOtac®, riche fugace du type drosophile à merde, insecte qui vit pendant les quelques jours nécessaires à claquer ses réserves de fric.
Car la vraie richesse est ancestrale, ancrée dans l'arbre généalogique. C'est un état d'esprit, une seconde nature. Pour vivre riches, vivons cachés : l'estampillé l'a bien compris qui fuit la lumière et se garde de l'ostentation. Tout juste souffre-t-il, à l'occasion, un reportage photo tarifé dans Paris-Match, ousqu'il trône dans son bureau décoré dans la tradition du goût, avec tapisseries des Gobelins et brocarts des anciens protectorats. Tandis que madame pose dans le jardin ousqu'elle a fait descendre la harpe pour s'en dégourdir les doigts. Pendant, les héritiers, légitimes et bâtards, pataugent dans une piscine sans rebord. Car il faut bien entretenir le rêve. La richesse ne se résume pas à une vile affaire de sous. Elle est plutôt question d'état d'esprit. La cuiller en argent dans la bouche n'est plus que symbole, depuis la libération du marché et la dématérialisation des actifs. Ce n'est pas Alain Minc® qui nous contredira : il s'en fout.
Elle est aussi affaire d'influence et de tradition. Comme dit la chanson : “selon que vous soyez puissant ou poppotame, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir”. C'est bien de richesse intérieure qu'il s'agit, non pas de vulgaires liasses. Si le monde entchier manque d'éléphants, la géographie du riche est en revanche déséquilibrée. Une problématique que les gazettes altermondialistes résument par : contraste Nord-Sud. Il conviendrait de la régler comme son pendantique Est-Ouest. Pour faire simple, c'est en délocalisant la production de riches que nous pourrons prétendre à l'harmonie. Mais aussi, en en régulant la démographie. Tâche ardue. Les nouveaux riches ont conservé leurs habitudes fornicatoires d'anciens pauvres. Mieux connaître le riche, ses us et coutumes. Mieux savoir de son humanité, mais aussi de son anatomie et ses grandes fonctions de vie, car c'est avant tout un animal à sang chaud dans lequel bat un petit coeur : telle est l'ontologique orientation de ce numéro de Fluide Glacial, et son message.
Nous pouvons espérer un monde meilleur, où cohabiteront les riches, anciens et nouveaux, les éléphants, les pandas et même le roi de la jongle, par-delà les principes et les murs de Donaldville.

 Quelques images qui bougent du bouclage du 14 février 2013
 Vidéos de bouclage : totodernoncourt