hs70 26 mars 2015
» Édito |
Fluide Glacial  Spcial les gosses
Couv. : Mo/cdm | 100 pages | 6,50€
26 mars 2015
  Mo/cdm
La planète des chiards
100 pages de monde merveilleux. C'est mieux que rien...
Avec inside→ Lindingre, Haudiquet, Thiriet, Spiessert, Mo/cdm, Fioretto, Léandri, Planchon, Jake Raynal, Bouilhac, Camille, Le Borgne, Lécroart, Kleude, Terreur Graphique, Reuzé, Riad Sattouf, Fabcaro, Tronchet, Solé, Mahler, Corcal, Leroc, Dutreix, Bouzard, Vacaro, Zanello, Aranega, Zoé Thouron, James, Duveau, Foerster, Professeur Rollin, Fabrice Erre, Trapier, Lefred-Thouron, Pochep, Hugot, Pix, Libon, Boris Mirroir, Bersnstein, Houssin, Caritte, Bertail, Binet, Fayol, Casoar, Goossens


Fluide Glacial Série Or N°hs71
Fluide Glacial Série Or N°hs69

l'Édito
De mon temps (comme disaient les vieux quand j'étais jeune),
par Vincent Haudiquet
les bébés arrivaient dans les familles portés par des cigognes alors que maintenant ils sont commandés sur l'Internet et livrés par drones. Pourtant, dans ce monde changeant, certaines choses restent immuables (notez-le, sinon vous allez l'oublier). Par exemple, les parents doivent de nos jours mettre en garde leurs enfants contre les mêmes dangers que jadis : "Méfie-toi des adultes que tu ne connais pas, n'accepte ni leurs bonbons (risques de caries) ni de leur sucer le zizi (risques d'accoutumance)."

Je me souviens de mon enfance comme si ça faisait longtemps.

Je revois l'autre grand con aux oreilles décollées qui s'était fait dérober son compas tout neuf en pleine classe alors que j'étais assis juste devant lui, à côté de cette petite fille si belle, si innocente. Je savais que c'était elle la coupable puisque c'était pas moi, mais j'ai rougi parce que tout le monde me regardait. La maîtresse a dit si celui (celui !) qui a pris le compas le rend avant la récréation il ne sera pas puni et quelques minutes après le grand con a dit que son compas était revenu et j'ai de nouveau rougi parce que je savais ce que tous pensaient et tous pensaient qu'ils avaient raison de penser ce qu'ils pensaient puisque j'étais tout rouge. À ce moment-là, j'ai compris que le monde était plus fait pour les jolies filles que pour les mecs timides.

Je revois le dentiste qui, pour redresser mes incisives, m'avait mis dans la bouche un appareil que j'ai gardé plusieurs années pendant lesquelles tout le monde se foutait de ma gueule. C'est comme ça que j'ai compris que tous les enfants, pas seulement les jolies filles, étaient cruels. Et je vous épargne toutes ces anecdotes que vous connaissez par coeur parce que vous avez vécu les mêmes, comme la fois où je me suis ouvert le front comme un imbécile, celle où je me suis cassé le poignet comme un crétin, celle où je me suis fait renverser par une voiture comme une andouille, celle où j'ai failli me noyer comme un demeuré (j'ai longtemps été considéré comme un surdoué de la connerie avant de devenir un idiot ordinaire).

Traverser l'enfance, c'est surmonter mille obstacles, à la manière d'un spermatozoïde handicapé par un lourd cartable dans le dos. Heureusement, le monde de l'enfance a ceci de merveilleux : quand on le quitte, on est sûr de n'y jamais revenir. C'est son gros avantage sur la prison.

Pour vous rappeler ce à quoi vous avez réussi à échapper, il fallait bien 100 pages de textes et de BD, toutes concoctées par d'anciens enfants.